dimanche 3 mars 2019

Un café-poussette à Bruxelles : soutenir la ré-ouverture du Haricot Magique




Une jeune maman Bruxelloise, Rachida, m'a contactée récemment pour relayer son super projet : ouvrir à nouveau le Haricot magique, le seule café-poussette bruxellois fermé en juillet dernier.

Rachida a trouvé un espace à Ixelles, par le biais de See U, et lance un crowdfunding (une levée de fonds) auquel vous êtes invitez à participer iciL'inauguration du site est prévu pour le printemps 2019.

Voici toute les infos :)


Rachida : 


"Pourquoi ai-je décidé d'offrir au Haricot Magique une deuxième vie? Je ne surprendrai personne en dévoilant que c'est suite à ma vie de jeune maman bruxelloise que j'ai découvert le café poussette. En le fréquentant, j'y ai rencontré d'autres jeunes parents isolés, mon bébé y a suivi ses premiers ateliers (éveil muscial, psychomotricité etc.) et comme il n'existait aucun autre espace aussi bien pensé pour les loulous, je ne pouvais qu'en faire mon QG ;-) Lorsqu'au printemps dernier, j'ai appris qu'il allait fermer ses portes, je n'ai pas hésité à me lancer à sa rescousse! Je ne pouvais imaginer et encore moins accepter que le SEUL café poussette bruxellois disparaisse alors que la demande pour ce type d'espace à Bruxelles est criante. C'est comme ça qu'a débuté mon aventure de (entrep)repreneure ;-)"

Son projet :

"Le seul café poussette bruxellois: le "Haricot Magique" a fermé ses portes en juillet dernier. Mais qu'est-ce que c'était au juste?
* un espace pensé pour les familles où il fait bon se poser le temps de déguster boissons et petite restauration, partager des bons plans entre parents ou encore jouer avec ses petits copains.
* on y trouve tous les équipements et infrastructures qui riment avec une sortie réussie : parking à poussettes à l’entrée, grands espaces pour déambuler entre les tables, chaises hautes et rehausseurs, four à micro-ondes en libre-service, vaisselle et couverts adaptés, coins de table sécurisés, table à langer...
* un espace jeux spécialement dédié aux enfants qui permet aux parents de savourer un moment de quiétude pendant que les petits s’amusent. On y trouve un parc pour les plus petits, des tapis de psychomotricité, des coussins et un canapé, des jouets d’éveil et de construction, une bibliothèque regorgeant d’imagiers et de belles histoires pour les Haricots ;-)
C’est avant tout un café où les parents peuvent sortir avec leurs enfants sans craindre de déranger par le bruit, d’encombrer avec leur poussette, de ne pouvoir changer ou allaiter leurs enfants ou de devoir amener de quoi les occuper. Les futurs parents, parents ou les grands-parents, peuvent enfin se détendre s'ils décident de sortir avec leurs loulous !"


Les fonds seront utilisés pour :

La levée de fonds servira donc à aménager l'espace afin qu'il soit accueillant et cosy pour répondre au besoin des jeunes parents en quête d'un havre de paix baby friendly. 
L'aménagement prévoit notamment: 
  • Peinture                                                                        
  • Revêtement des sols
  • Mise en place de cloisons
  • Rafraîchissement et adaptation des sanitaires                                    
  • Installation d'un espace ateliers pour bébés/enfants        
  • Installation d’un espace pour les fêtes
  • Rénovation acoustique
  • Isolation
  • Eclairage spécifique
  • Divers (platrerie, menuiserie, carrelage…) 
Le montant des travaux sera certainement supérieur à l'objectif fixé. Votre aide précieuse permettra tout de même d’amortir le coût de ces travaux. 
L'inauguration du site est prévu pour le printemps 2019.



lundi 18 février 2019

The sleep of our children

J'ai traduit cet article Le sommeil de nos enfants en anglais pour un site anglophone.
Le voici pour vous aussi, pour partager avec vos amis qui ne lisent pas le français.
Sleep-related issues are at the center of family life, especially for the mother as they often start before birth. Nocturnal awakenings during pregnancy, due to the baby’s movements and the growing discomfort of lying down, suggests that Nature prepares us little by little to the next years of sleep shared with the child.
It may be a fact totally new to you but a child who does not sleep all night trough before 2 years is totally normal ! Even after 2 years, worrying or trying to make a child sleep by using a method or another is just a way to complicate your life and the life of your child. 
Some methods, such as 5-10-15 or “Cry It Out” (widespread methods which consist in letting a baby or child cry alone and check her/him after a certain time that gets longer and longer to train her/him to stop by herself/himself…) affect deeply children’s self-confidence and their ability to trust in life and in those who love them, their ability to connect and their capacity for empathy. Neurosciences discoveries on the importance of providing an emotionally safe environment to support the child development are now widely spread.
What we want ultimately is to translate in our parenting practices the expression of our unconditional love for our child, even if parenting bring up many challenges, stress, unmet needs and despair moments. When we are sleep-deprived, we are more prone to take advices from doctors or education “professionals” that does not resonate deeply within ourself. The best advice you can get is from your heart, as it knows your child more than anyone else can.
I understand the exhaustion of the interrupted nights for that I experienced the myself as a mother of two. Baby and toddler’s crazy sleeping patterns, family stomach flu party, nightmares… Children often express at night or bedtime what bothered them during the day. Sometimes, they use night-time to get the presence and attention they lacked during the day.

Check-list : what prevent my kid to sleep better?

Here is some questions to find out what is the need of your child when she/he wakes up at night.


Need to be breastfed : If you are breastfeeding, you may think that weaning your child at night will solve the problem… It does not ! At least not before the child would reach the age when her/his inner rhythm aligned with our social organisation of sleeping time (for my kids, 2 years for one and more for the other). Note also that the circadian rhythm start developing after 6 weeks, so newborns sleep patterns are naturally messy ! There are many reasons for nocturnal awakenings and the need to be breastfed gathers a whole series of needs :need of attention, contact, tenderness, need to be seen/acknowledged, thirst, hunger, need of antibodies to fight against an undeclared sickness, virus or germs, need to pee (but the child do not necessarily know how to ask when half-asleep, in the dark, without words, especially if she/he is not used to being listened to in her elimination needs). I personally think that breastfeeding at night is a super way for mummies and kids to ensure a good night of sleep, providing that you co-sleep with your child and breastfeed without really waking-up (in a sleeping position and in the dark).
Need to eliminate (pee or poo) : It is often the case and one can try elimination communication with babies and little one. (I will write about this topic in another article)
Needs to drink : Keep some water at reach to offer or that your child can take by himself/herself (make sure it’s part of his/her bed ritual : to fill it and to know that it is here close to the bed when he/she needs it).
Need to eat : Providing a snack before going to bed and even during the night can help. Do you know the story of the Night Banana?!..
When my daughter used to wake up too many times (in my perception) and asked for another breastfeed, another mother in a conscious parents group wispered in my ear to offer her a “night banana“…. This idea helped us both a lot because, indeed, she was hungry ! So for few weeks, before going to sleep I prepared half a banana in a small bowl and when she woke up, first I offered her to pee, then the breast, and then, later in the night (for a second or 3rd awakening), if it was not what she wanted, I offered the Night Banana…! She was delighted! Especially since she could take it herself and that it was a special attention made just for her. What magic this little piece of banana did to our night ! 
It did not last long (so I did not have to worry about teeth decay, etc.) and I also paid more attention to her meal in the evening + gave her a snack with vegetal proteins before going to bed. (note: the night banana concept does not work so well with a rice cracker… it’s too noisy and crumblier the bed..)

Need to be reassured : Nightmare, fear of darkness, scary shadows on the walls/curtains, noises at night, disruptive wifi waves, new sheets without the usual-known-family smell (did you use a new ecoproduct or essential oil for the laundry?), new environment, etc.
Need for contact, tenderness : especially for children who do not see their parents during the day, but also when the mother is pregnant, before the arrival of another child in the family, or during any change in the environment or the family dynamics (mourning, moving, traveling, etc.). 
Children are super adaptive but to a certain extend : they need (and are entitled) to understand what’s going on and be reassured. Thus, it is necessary to provide clear explanations to your child during the day with a appropriate vocabulary + to talk to her/him in his sleep to be able to say things that his conscious being of can not understand. This will bring peace to her/his unconscious and soul. When we talk to a child at night during her/his sleep, it is always with kindness, respect and briefly (no need to talk for 30 minutes).

Favorising a certain ritual for bedtime is also quite securing for the child. It's not about rigid routine but more about gentle signals to the child's body-mind that it's time to sleep : less stimulation (light, sounds), reading a story, sharing our gratitude for this day and things that were more difficult or need clarification, cuddling, taking a sound bath with soft healing instruments, massage, warming or cooling bath...
Need to alleviate pain : consider consulting an osteopath or craniosacral therapist specialized in babies / children. Your little one may have a discomfort that disturb her/his sleep patterns. Tensions in the jaws or the skull, lead children to claim more feedings to self-heal themself (with the sucking motion they re-adjust their skull bones).
Need to get rid of pinworms : worms can be really disturbing at night, when they wake up and lay eggs… The discomfort is stronger at new moon and full moon (period of intense spawning). To get rid of it, you can add crushed pumpkin seeds to the child’s food, offer her/him to eat raw carrots and drink infusions of fennel on an empty stomach.

If you have tried all of the above and the sleeping pattern of your child is still chaotic, you can turn to an homeopath or try out energetical approaches : either through the body, with massages such has tuina* or shiatsu* for kids (Traditional Chinese Medicine) or energetical work such as Theta Healing* or Reiki.

Mothering the mother

Do I need to mention that, day and night, parents have to share the care of their children ? In a patriarchal world, attachment parenting can easily lock up women in the traditional role of provider to the needs of all, before thier own needs.
It is essential that the mother’s partner takes his.her full share of responsibility for night care. For example: getting up at 6am with the child while the breastfeeding mother is sleeping longer or making it possible for her to have a nap time alone. 
As I write this, I see again how much the standard family model of 2 adults + kid(s) is a strong and unnecessary challenge (organisationally, emotionally…) that can be alleviate by living in communites and tribes to share the tasks.
_____________

Note : I am a certified shiatsu and tuina therapist and offer sessions for children, adults, pregnancy and birth. I also practice Theta Healing for 2 years on adults and children (through one of the parent if they are young). If you want more info on this technics or book a session, you can contact me on anais(at)anaistamen.com

mardi 12 février 2019

Pourquoi les hommes partent ? Maternage proximal et mal-être paternel

Magnifique portrait réalisé par le photographe Johan Bävman pour sa série Swedish dads

Je viens de lire un article bouleversant du docteur Jonh W. Travis : Why men leave ? qui raconte le vécu intime d'un homme, médecin, qui devient père deux fois. Malgré des niveaux de conscience bien différents à l'arrivée de ses enfants, la paternité le met tour à tour face à ses blessures d'enfant d'une manière insupportable... Son expérience relatée sans fard est très représentative de ce que nos enfants peuvent déclencher en nous: nos blessures les plus enfouies, celles qu'on ne veut surtout plus revivre, ni même observer de loin... 

J'aime lire la parole libérée de cet homme, sentir le chemin qu'il a parcouru, cueillir l'espoir qu'il offre au fil du récit. Un homme sensible, en paix avec ses polarités masculines et féminines. 

En tant que femme et mère, je me retrouve aussi très bien dans son récit (son vécut fait écho au mien à certains égards). Si son expérience d'homme résonnera et s'appliquera peut-être tout particulièrement aux hommes, elle est  à mon sens tout aussi juste pour les mères... En particulier pour celles qui n'ont pas la possibilités de guérir leur blessures car elles doivent assumer seules et/ou pour celles qui bien intégré le modèle dominant patriarchal qui valorise le faire sur le sentir et l'être.

Je vous propose cette traduction-maison en français avec un surlignage des passages les plus éclairants pour moi (même si tout mérite d'être surligné !)


Pourquoi partent les hommes ?

Dr John W. Travis
Publié en novembre 2006 sur Kindred (en anglais).

Les hommes quittent leurs familles de plein de façons différentes. Même s'ils demeurent au sein de leur foyer, beaucoup de pères sont souvent absents émotionnellement – à travers la dépression, la boulimie de travail, la violence ou l’abus (physique ou émotionnel), ou un refuge dans l’addiction aux substances, les médias, les produits de consommation, les sports, la nourriture ou le sexe.

La plupart des hommes aujourd’hui dans les pays dits développés n’ont jamais connus  d’attachement (ou ont connu un attachement très faible) avec leurs mères. La majorité des gens ne se rendent même pas compte à quel point les gens modernes sont déconnectés les uns des autres comparativement aux cultures dans lesquelles l’attachement est intact. Oui, il est vrai que nous parlons d’aliénation et que nous remarquons à quel point les gens de culture méditerranéenne sont tactiles, mais nous ne faisons pas le lien entre ce phénomène et la façon dont nos liens entre nous, avec la nature, et avec le sacré ont été déchirés. Je soutiens que cette épidémie discrète et silencieuse est la source de la plupart des maladies sociétales. Le départ des pères qui abandonnent leurs familles n’est que la pointe de l’iceberg.

La plupart des hommes ont été nourris au biberon et ont été soumis à d’autres schémas culturels abusifs en tant que bébés, comme dormir seuls ou être laissés à pleurer alors qu’ils ont besoin d’être réconfortés. Biologiquement, le mâle est le genre le plus fragile de notre espèce et il est en retard de plusieurs années en termes de développement par rapport aux femmes, et ce jusqu’à l’âge adulte. Et au lieu d’obtenir le complément de soin dont il a besoin pour compenser sa faiblesse, vers l’âge de 5 ans, les mâles dans presque toutes les cultures en reçoivent bien moins que les femmes. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la plupart des garçons n’ayant pas connus l’attachement deviennent des hommes qui passent le plus clair de leur temps à chercher une figure maternelle qui leur fournira le soin dont ils ont été privés en tant que bébés et enfants (recherche alimentée par la publicité qui met en avant les seins qui leur ont été refusés). Une partie du mécanisme de survie consiste à apprendre à refouler leurs sentiments et à projeter les besoins non satisfaits sur des substituts, les femmes, d’autres éléments externes comme le consumérisme, la boulimie de travail et d’autres addictions.

Nous, les hommes sans attachement, pouvons nous en sortir dans nos mariages pendant un temps, mais lorsque notre “maman” donne naissance et soudainement détourne son attention sur son nouveau-né, nous perdons souvent une grande part du réconfort que nous avions de notre partenaire. C’est quasiment inévitable étant donné la demande qui repose sur les parents piégés dans ce que j’appelle l’expérience du « désastre de la famille nucléaire » (Nuclear Family Disaster) que notre culture traverse. Les mères, tout particulièrement, ne peuvent pas voir leur besoin de réconfort satisfait, à moins qu’elles ne fassent partie de cette minorité qui vit en tribu, dans des communautés très soudées ou des familles étendues.

Les cultures d’Europe du nord, au nom de la civilisation et du progrès, ont graduellement détruits la tribu/village/famille étendue/communauté et l’ont remplacé par le désastre de la famille nucléaire. Ce qui s’est ensuite transformé en « piège du parent célibataire » (Single Parent Trap). Ces phénomènes se sont propagés rapidement à travers le monde alors que les européens du nord ont exporté leur expérience d’isolation sur chaque continent sauf l’Antarctique, tout d’abord via les missionnaires et les conquêtes, et aujourd’hui à travers les médias et les multinationales. Les conséquences sont incommensurables, menant à la pression accablante de l’isolation, en particulier pour les femmes qui finissent souvent par avoir à assumer la responsabilité totale de leurs enfants.

Dans le même temps, le fait d’être soudainement exposé à un bébé qui n’a pas encore été totalement « dressé » à renier ses propres besoins – comme téter au sein, être porté avec amour, être constamment en présence d’un adulte réfèrent, etc – et qui exprime ses besoins de façon vocale, va habituellement remuer nos souvenirs réprimés de nos besoins niés en tant que bébés, nous plongeant dans une douleur profonde – consciente ou inconsciente.

Face à ce niveau élevé de douleur, nous mettons en avant nos moyens de défense contre nos sentiments – que ce soit via la médication, l’adultère, la rage, la dépression, l’addiction ou la violence (physique ou émotionnelle). C’est la première étape par laquelle les hommes fuient. Si le mécanisme de défense fait défaut, parce que le besoin réel n’est pas satisfait, beaucoup d’entre nous pensons que la seule chose qu’on peut faire est de se détacher du stimulus et quitter notre maison.

Les filles aussi, dans notre culture, reçoivent bien moins de réconfort que ce dont elles ont besoin et souffrent également d’un échec d’attachement. Néanmoins, elles ont l’occasion de recréer l’expérience d’un lien sûr par leur capacité unique à avoir un lien biologique avec le fœtus pendant la grossesse (et les hormones correspondantes). Si elles sont capables de conserver ce lien en résistant à la norme culturelle et en élevant un enfant avec un attachement fort, elles peuvent alors guérir d’une grande partie de leur non-attachement. Être le témoin de ce phénomène peut provoquer simultanément chez le père une résurgence de ses propres blessures primales, ce qui déclenche ses défenses, et vient augmenter la probabilité de son départ. 

Etant donné que la dépression était mon mécanisme de défense de choix, je comprends ce mécanisme particulier mieux que d’autres, mais je pense que ma théorie explique aussi pourquoi d’autres mécanismes de défense, comme l’addiction et la violence, mènent à une rupture des liens et au legs de notre propre traumatisme à la génération suivante.

Aux origines de la douleur


Je suis né dans les regions rurales de l’Ohio en 1943. Comme la plupart des bébés nés à cette époque, j’ai été drogué (via l’anesthésie générale de ma mère, qui a mis des semaines à s’estomper), arraché du giron avec les forceps en métal froid, attrapé par gants en plastiques collant puis plongé dans une lumière aveuglante – au lieu d’être accueilli avec tendresse par des mains chaleureuses dans une lumière tamisée. J’ai sans aucun doute été tenu la tête en bas pour drainer mes poumons (je ne suis pas sûr d’avoir été giflé ou pas, mais c’était la norme). Du nitrate d’argent piquant a été mis dans mes yeux, j’ai été ensuite emmailloté dans un tissu rêche et froid au lieu de me laisser me blottir contre la peau tiède de la personne avec qui j’avais été intimement lié pendant 9 mois. Peu de temps après j’étais amené à la « nursery » et placé dans une boîte en plastique aux côtés de Carol D., née plus tôt ce même jour. J’ai passé les 10 jours suivants là-bas (c’était la norme dans les années 40). Arlène et Marlène m’ont rejoint, des jumelles nées quelques jours plus tard. On m’a alors donné une tétine froide en caoutchouc avec un biberon rempli d’une substance grasse, antigénique, au lieu de la nourriture miraculeuse résultat de 3 millions d’années d’évolution spécialement préparée pour moi.

Puis, un jour ou deux plus tard, j’ai été immobilisé sur une planche et sans aucun anesthésiant, la majorité des terminaisons nerveuses les plus sensibles de mon pénis ont été amputées. Puis ont suivi les « abus normaux » des pratiques parentales des années 40:
  1. Lait artificiel
  2. Un planning de biberon toutes les 4 heures. J’avais faim au bout de 3 heures et je pleurais la dernière heure, jusqu’à ce que j’apprenne que ça ne servait à rien et j’ai pris une décision sur le monde qui est si fondamental pour mon organisation cérébrale qu’il impacte encore presque tout ce que je fais : « Demander ce que l’on veut ne sert à rien »
  3. Etre enfermé dans un berceau ou un parc
  4. Privation du mouvement continuel lié au fait d’être porté dans les bras.
  5. Dormir seul dans une chambre séparée.
La plupart de ces “progrès” dans l’éducation des enfants ont été établis par des hommes citant des idées « scientifiques » non testées, il a été démontré depuis qu’elles sont déstructrices du lien humain. Je ne blâme pas mes parents ou les autres de leur génération ; ils ont suivi naturellement le courant culturel et les promesses de la science et des technologies pour soigner les maux du monde, qui en 1943, étaient encore un espoir indéfectible.

J’ai utilisé la dépression comme défense principale dès le début. Alors que ma défense primaire semble en apparence être la dépression, ce n’est qu’une des multiples possibilités à laquelle s’accroche les enfants/adultes dans leur tentative d’échapper à la douleur des premiers besoins réprimés qui les rongent. Les autres sont l’addiction, la violence, les maladies chroniques, et l’écocide (destruction de l’environnement) – symptômes de ce que James Prescott appelle Syndrôme de Privation d’Affection Somato-Sensorielle (Somato-Sensory Affectional Deprivation Syndrome) dans ses premières recherches sur l’attachement.

J’ai créé un monde “sûr” qui dans ma tête me donnait la sensation de contrôle (vu que je n’avais pas de contrôle sur ma façon d’être nourri, d’être touché ou bercé). Le fait d’avoir été déconnecté de la matrice de ma vie en étant isolé des autres a limité ma capacité à exprimer mes besoins et à les satisfaire – d’où les dépressions chroniques. Personne ne voyait mes dépressions, y compris moi, jusqu’à ce que je sois à l’université – les gens pensaient juste que j’étais “calme”.

Ma condition n’est pas atypique des hommes vivant aujourd’hui qui ont été élevés selon les standards culturels « modernes ». Un de mes amis, bien qu’élevé en Californie, a été suffisamment chanceux du fait que sa mère était sud-américaine. Il a été allaité bien après l’âge de 2 ans et m’a toujours paru plus heureux que toutes autres personnes que je connais.

Ma dose de câlins

N’ayant jamais connu le réconfort d’une mère, j’ai passé la majeure partie de ma vie à chercher un remplacement.

Je pensais que le fait de me marier et de devenir docteur me satisferait d’une certaine façon. Donc dès l’âge de 5 ans je me suis lancé aveuglément sur la voie de 22 années d’études qui permettrait d’atteindre le deuxième objectif. Je supposait que la “fille” idéale apparaitrait par magie au moment où je deviendrais docteur. Bien que mes compétences sociales aient été peu développées, je n’étais pas découragé à l’idée qu’elle apparaitrait.

A ma grande surprise, le mariage en plein cœur de mes études de médecine n’a pas soudainement rendu ma vie meilleure, juste plus compliquée. Mes sentiments de vide ont empiré et ma dépression s’est amplifiée. Après trois années de mariage et de nombreuses crises, ma femme a dit qu’on devait avoir un bébé ou se séparer. Je pensais que je devais accepter, puisque le divorce n’était pas une option dans ma famille. A contrecoeur, en 1972, je suis devenu père.

C’était génial au début, l’excitation d’un nouvel être, puis la réalité m’a frappé : j’étais beaucoup plus bas dans la liste d’attention de ma femme. J’ai commencé à être de plus en plus déprimé, ce qui nous mena à la thérapie. Là-bas j’ai appris que j’avais des sentiments et que je pouvais les exprimer bien qu’avec difficulté (même aujourd’hui). Nous avons commencé à apprendre les causes inconscientes qui ont influence notre mariage symbiotique, mais que nous étions impuissant à les changer. Toutefois, ce groupe de thérapie parentale est devenu la base de mon travail de pionnier du bien-être et plus tard, de mon observation qu’un lien raté d'attachement mène au besoin d’un travail de guérison en tant qu’adulte.

Bien que j’ai appris énormément sur mon fonctionnement interne, j’étais toujours déprimé la plupart du temps. Quand notre fille a eu 2 ans et demi, la douleur était telle que je me suis rendu compte qu’il fallait que je parte afin de garder toute ma tête, j’étais parfois à deux doigts d’avoir des pensées suicidaires. J’ai abandonné ma première fille avec qui je n’avais jamais vraiment tissé de lien – clairement à cause de mon manque d’expérience avec ce phénomène.

Le cycle a repris avec une autre relation intense de 3 ans. Je recherchais toujours inconsciemment la mère que je n’avais jamais eu, et quand je suis remonté dans son attention ce n’était pas assez, et elle était épuisée par mes besoins intenses. C’est aux environ de ce moment que j’ai entendu parler du livre Magical Child (L’enfant magique) et de la tentative de son auteur Joseph Chilton Pearce de recadrer les besoins légitimes de réconfort des enfants. Mais alors, je ne pensais pas que cela était pertinent et inconsciemment je ne voulais pas remuer mes souvenirs douloureux de l’enfance. J’ai essayé d’apprendre à m’aimer et à suivre les principes de la responsabilité de soi-même que j’essayais de promouvoir à l’époque, le tout en continuant de me battre avec ma dépression chronique. J’ai à peine réussi et au fond de moi, je ressentais toujours que quelque chose n’allait pas.

Un an plus tard j’ai rencontré une australienne, Meryn Callander, et je suis tombé amoureux. Alors que notre amour s’épanouissait, nous étions souvent mis au défi de notre relation en formation, mais nous l’avons surmonté et un an plus tard nous nous marions. Nous avons aussi commencé à travailler ensemble, dans un premier temps en écrivant des livres, puis en créant une communauté authentique, particulièrement pour aider les professionnels qui se sentent souvent seuls et incapables de se connecter émotionnellement avec des pairs. C’est à travers les études de Meryn sur la spiritualité féministe que je suis devenu conscient du phénomène de séparation endémique dans la culture occidentale qui a créé les institutions autoritaires qui nous entourent, comme la médecine, le droit et le système éducatif. Je faisais face à certains aspects de ce phénomène dans le cadre de mon travail dans notre « Wellness Resource Center » au cours des 7 dernières années, mais je ne comprenais pas le contexte général.

Je pensais que j’avais graduellement surmonté mes dépressions grâce à un travail continuel sur moi dans des séminaires orientés vers le developpement personnel, séminaires que je menais et auxquels je participais. Mes amis qui me connassaient depuis longtemps voyaient la différence : les années de travail pour traiter mes douleurs étaient en train de payer.

L’une des choses qui me reconfortait le plus c’était le fait d’être allongé au lit la nuit dans les bras de Meryn, habituellement à regarder la TV, en ayant ma tête, ma poitrine ou mon ventre caressé. Nous passions une heure plusieurs soir par semaine à faire cela avant de nous endormir et une quinzaine de minutes le matin, en alternant celui qui était le refuge de l’autre. Contrairement au stéréotype masculin qui pense au sexe et en veut toujours plus, ce que je recherchais principalement était le réconfort d’une figure maternelle, même si je n’en étais pas pleinement conscient. Parfois je pensais que quelque chose n’allait pas bien avec moi de ne pas être plus intéressé sexuellement. Etre pris dans les bras et caressé était le filin qui me maintenait à flot, sans pour autant vraiment réaliser à quel point ce besoin m’était vital jusqu’au jour où je l’ai perdu presque totalement.

Se jeter à l’eau

Comme la plupart de nos amis à l’époque , Meryn et moi ne pensions pas avoir d’enfant ensemble, mais après 10 ans, s’approchant de la quarantaine, l’horloge biologique de Meryn s’est mise en route. Je ne pouvais pas m’imaginer rouvrir l’expérience douloureuse d’être père à nouveau. Sur les conseils d’un ami, j’ai lu « Le Concept du Continuum » de Jean Liedloff. J’ai soudainement réalisé que la séparation que nous avions étudié n’était pas innée à la condition humaine mais le résultat de la façon dont nous isolons nos bébés et nos jeunes enfants. A titre personnel, je pouvais me rendre compte que mes vieilles blessures, que je croyais avoir guéries lors de ma thérapie, étaient encore là. Je pensais aussi que je pourrais me rattraper de mon pire échec (être un père) et faire les choses correctement cette fois avec une nouvelle approche.

Jusque là, j’avais vécu une vie faite de dates limites (auto-imposées) en utilisant l’adrénaline pour me permettre d’accomplir des choses, en ayant toujours la sensation qu’une peur inconnue me gagnerait si je n’avais pas un objectif concret à achever à la fin de la journée. Je faisais semblant de me concentrer sur l’amour et les relations comme étant mes plus hautes valeurs, mais j’étais mu par le besoin d’accomplir des choses pour payer mon dû. Cela est toujours vrai même si j’ai fait de gros progrès.

Durant 4 ans, au début de notre relation, Meryn et moi avons vécu une vie volontairement simple dans les montagnes du Costa Rica. Nous avions tous les deux envie de revenir à cette vie simple. En parallèle de notre décision d’avoir un enfant, nous avons vendu notre grande maison, réduit les séminaires que nous animions et avons acheté 40 acres dans une zone reculée du comté de Mendocino en Californie, à 7 miles de la fin des lignes électriques.

Nous sommes devenus des exploitants agricoles. Je me suis mis à transformer une cabane en une maison fonctionnant à l’énergie solaire. Nous lisions et écrivions intensément sur le parentage proximal. Nous nous sommes préparés à donner naissance à notre fille à la maison avec une sage-femme, le tout agrémenté d’une piscine d’eau chaude fournie par un ami.

La naissance s’est bien passé, et alors que je pensais être mieux préparé pour devenir père, je n’avais pas la moindre idée de la profondeur de la douleur et de l’envie qui surgirait en étant constamment avec un être qui connaissait ses besoins, les exprimait et avait droit au réconfort dont chaque enfant a besoin et qui lui permet de s’épanouir.

Et comme on aurait du le prévoir, l’arrivée de Siena a supplanté la plupart de ma source de réconfort. Notre maison n’était toujours pas terminée, je devais faire face à des problèmes d’eau et d’électricité. Nous sommes vite arrivés à la conclusion que notre tentative de parentage proximal était faite pour une famille étendue et pas pour notre famille nucléaire. Faire venir la mère de Meryn d’Australie pour vivre avec nous a aidé, mais il a souvent semblé, étant donné notre engagement que Siena soit toujours portée jusqu’à ce qu’elle en décide autrement, que nous étions à encore à court de bras.

Alors que nous donnions à notre fille un degré de réconfort physique inconnu de la plupart des enfants dans le monde occidental, et qu’elle s’épanouissait, notre relation de couple devenait de plus en plus tendue. Je tombais encore plus profondément dans la dépression, alternant périodes d’hyperactivité pour nous maintenir à flot financièrement et pour me racheter de mes moment d’effondrement. C’était insoutenable.

J’essayais de satisfaire mes besoins sur de nombreux fronts: travaux, thérapie, groupes de soutien, et passer du temps dans la nature; le tout s’avéra inutile.

Ce n’est qu’après une année de recherche spirituelle, déménageant à l’autre bout du pays en Virginie en 1996 où j’ai trouvé une communauté qui semblait pouvoir combler beaucoup des idéaux que j’avais poursuivi durant les 20 années précédentes, que j’ai trouvé de la tranquillité dans mon cheminement et j’ai commencé à écrire sur le sujet.

Malgré la moitié d’une vie de thérapie et d’effort de développement personnel, je luttais toujours avec ma rage à peine dissimulée, qui se manifestait sous la forme de dépression, une crispation chronique de la machoire et un nœud à l’estomac.

Et même maintenant, près de 11 ans après la naissance de ma deuxième fille, je suis toujours aussi choqué par le contraste que je constate entre ses besoins exprimés et satisfaits, et la façon dont la plupart d’entre nous ont été traités. J’ai passé plus de 1000 nuits allongé à côté d’elle pendant qu’elle tétait. Cela m’a donné une nouvelle notion de mes propres besoins oraux domptés que j’ai essayé de compenser durant toute ma vie et toute ma carrière. Passer du temps avec ma fille active encore parfois en moi des zones douloureuses et profondes, je la vois comme un professeur spirituel, qui me met au défi permanent de gérer mes années de douleur réprimée, cette douleur qui m’a maintenue déconnecté de ma famille/tribu/planète, qui est mon droit imprescriptible.

Conclusions

Mon parcours personnel est révélateur d’une des façons dont peut s’exprimer l’échec de l’attachement dans une dynamique familiale. Heureusement, c’est dans nos blessures que se révèlent nos dons. Il est clair que mon travail dans le bien-être a été influencé par ma douleur, et si je ne l’avais pas pris dans le contexte plus large d’un parcours personnel, je pense que j’aurais sombré dans la souffrance. Si vous n’avez pas trouvé le don dans votre blessure, continuer de chercher.

Un mot d’avertissement : après m’être observé et avoir observé d’autres qui ont travaillé sur ces sujets plus de la moitié de leurs vies adultes, je ne suis plus très sûr que nos blessures d’enfance liées à l’absence d’un attachement fiable – ou l’euphémisme populaire de la “faible estime de soi” (Liedloff décrit l’attachement comme le sentiment d’être méritant et bienvenu) – puisse être soigné à long terme au-delà de quelques éclairs et de remissions temporaires. Mais je suis convaincu que l’on peut apprendre à mieux gérer notre douleur et à être moins contrôlé par elle.

La dépression est l’un des plus grands problèmes de notre culture, au même titre que l’addiction, la violence, et les maladies chroniques. La réactivation de cette douleur dans notre tentative de créer une famille à nous est une condition à laquelle nous devrions réfléchir avant la naissance d’un enfant. J’avais et je continue d’avoir des difficultés avec cette situation, donc je ne pense pas que ce soit facile pour de jeunes gens qui entrent naïvement dans la vie de parent inconscients de leur propres blessures.

Pour éviter de perpétuer l’échec de l’attachement auprès de nos jeunes, amplifié par les familles nucléaires dysfonctionnelles – elles même un artefact de cultures autoritaires – nous devons reconnaitre ce à quoi un lien fiable ressemble et ce qu’il nous fait ressentir et commencer à remettre en cause l’abus normatif du détachement que l’on voit partout.

Nous voyons et entendons cette myriade de symptômes d’aliénation et d’attachement raté tous les jours aux infos, mais nous n’entendons pas parler des vraies causes – notre façon de traiter nos bébés et nos enfants. Si nous y regardons de plus près nous pouvons voir les symptômes dans nos propres vies, comprendre la cause réelle et commencer à avoir nos besoins satisfaits avec l’aide de livres et d'ateliers sur la conscience de soi, de groupes de soutien, thérapie, et une communication ouverte et honnête avec nos familles et amis, au lieu de rester aveugles et d’être uniquement menés par nos besoins d’enfance. Commencer par mettre en pratique la sagesse trouvée dans des publications comme celle diffusée par Kindred (ndlt: site anglophone) est un bon début.

Plus les hommes seront conscients de la dynamique entre leurs besoins non satisfaits et le fait de voir leurs enfants essayer d’avoir les leurs satisfaits, plus le déni général de ce problème sera  exposé en plein jour, et plus les hommes seront plus aptes à gérer leurs propres problèmes au lieu de les renier, les cacher, les infliger aux autres ou à les traiter par voie médicamenteuse.

Les hommes seront alors capables d’aider la société à comprendre et à reconnaitre les blessures du détachement qui ont non seulement atteint des proportions épidémiques dans les générations récentes, mais qui en plus sont perpétuées par des programmes culturels et économiques. En recréant des communautés, des familles étendues et d’autres façons de se soutenir, à découvrir en se donnant le réconfort qu’on a jamais eu, nous pouvons rompre le cycle de l’abandon et de la séparation infligé aux enfants sous la forme de naissances médicalisées, d’alimentation au biberon, circoncision, crèche précoce et autres traitements similaires.

Lorsque nous faisons face et acceptons nos propres blessures et lorsque nous ouvrons nos coeurs pour nous occuper de nos propres besoins, nous libèrerons la compassion qui nous donne la force de rester avec nos familles et de créer un monde qui nous réconforte tous.

jeudi 7 février 2019

Mes articles préférés

photo : Les dents de lait, 2016.


Je fais un peu de ménage ici et j'ai envie de mettre en avant ces articles que j'ai adoré écrire et dans lequel je rentre plus en profondeur que dans certains billets plus anecdotiques.

Ecologie intérieure et extérieure :


Désencombrer sa maison et son esprit 

Maternage et pleine conscience

Le regard des autres : vivre ses choix de maternage avec sérénité

Eviter l'épuisement maternel : mère au bord du gouffre

Mieux vivre (à Bruxelles) avec un petit budget

Dans la forêt lointaine (ou comment se reconnecter à la nature en ville)


Bébé / grossesse :


L'hygiène naturelle infantile en pratique

Les vaccins : mon avis sur la question

Le trousseau de bébé : les tous premiers mois

Les bases du maternage proximal: l'allaitement long

Les bases du maternage proximal: le portage

Le sommeil de nos enfants : une check-list

Charlie et le petit frère : des pistes quand la fratrie s'agrandit



Education :


IEF à Bruxelles: par où commencer?

Représentation de soi, sexisme, racisme : des ressources pour nos enfants


Guests-posts :


Et aussi, ces super articles de Pauline et Larissa :

Des émotions dans tous les sens - quelques petits trucs pour le quotidien (Larissa)

Le trousseau de la future maman pour la grossesse (Pauline)

Périnée et maternité (Pauline)


Si vous souhaitez partager ici, n'hésitez pas à m'envoyer vos textes : anais-at-anaistamen.com

mercredi 6 février 2019

L'Écologie intérieure - Yann Thibaud

Eloge de l'intuition comme outil de connaissance de soi et de co-création.


Yann Thibaut - La magie de la liberté ou l'art de se réaliser

mercredi 30 janvier 2019

La sexualité après la naissance



Article parut dans le numéro 63 du magazine Grandir Autrement, en mars/avril 2017. Ce numéro est disponible dans la boutique de Grandir Autrement pour 2,94€. Vous pouvez également vous abonner, ou abonner un-e ami-e ici. Par votre soutien, vous permettez la diffusion et la normalisation du maternage proximal et de l'éco-parentalité. Notre travail est principalement bénévole.

La sexualité après la naissance



Donner naissance à son enfant est une expérience unique pour chaque femme. Ce voyage initiatique vers soi et vers sa puissance de femme, qui débute à la conception, est un formidable catalyseur thérapeutique s’il est vécu dans l’acceptation de ce qui est. Que l’enfant naisse par voie haute ou basse, cet événement entraîne chez la femme des changements physiques et psychiques qui ont aussi un retentissement sur sa sexualité. Le/la partenaire aussi, en naissant parent, vit des transformations, même si elles sont moins visibles et le plus souvent induites en réaction aux changements chez la mère.

Le couple d’amants, mué en couple parental et fondu dans l’entité qu’est la famille, voit l’espace-temps dont il disposait réduit. S’offre alors pour chaque couple l’opportunité de trouver la créativité nécessaire à son épanouissement sexuel en jonglant avec les composantes de cette nouvelle donne : manque de sommeil, nouvelles sensations corporelles, allaitement, cododo, questionnement sur la contraception, etc.

Ainsi, tout comme elle nous révèle la magie et la simplicité de la vie et nous invite à la recherche de plus d’authenticité, la naissance d’un petit être est une belle occasion d’amener plus de conscience dans la rencontre amoureuse, sensuelle et sexuelle et de nous questionner sur l’image que l’on a de notre corps (ou de celui de notre compagne/compagnon), sur nos attentes envers l’autre, nos désirs, nos représentations. Sont-elles encore justes ? Peuvent-elles grandir avec nous ?

Témoignages de parents


Le premier enfant de Maud1, alors âgée de 24 ans, est né par césarienne après s’être retourné en siège pendant le travail. Pour Maud qui voulait accoucher à la maison, ce retournement de situation est vécu comme un échec. Durant quelques mois, elle ressent des douleurs abdominales qui rendent difficiles certaines positions lors des rapports sexuels. À cela s’ajoute une sécheresse vaginale due à l’allaitement. Maud tarde à utiliser un lubrifiant car elle ne comprend pas ce qui arrive et culpabilise : « Je pensais que je ne désirais pas assez mon homme, que je n’étais pas assez excitée. Utiliser un lubrifiant, c’était pour moiun échec. Quand j’ai compris que c’était une réaction physiologique normale, nous en avons utilisé et cela nous a aidés à retrouver une sexualité plus épanouie.»

Rachel, 35 ans, a subi une épisiotomie et ne ressent plus de plaisir : « J’ai essayé différentes pistes, mais rien n’y fait. Mon homme est compréhensif et m’a beaucoup soutenue. On arrive tout de même à se retrouver et à se faire du bien ensemble.»

Joëlle, 41 ans lors de la naissance par césarienne programmée de son premier enfant, a retrouvé rapidement une sexualité rayonnante : « J’avais beaucoup d’envies pendant la grossesse et mon compagnon était très attentif à ce que je ressentais. Il n’avait pas peur de faire mal au bébé et aimait beaucoup les changements de mon corps.» Son bébé se présente en siège et, après moult tentatives de retournement, Joëlle accepte une césarienne programmée. Elle vit très bien cette naissance en présence de la sage-femme qui l’a suivie. « Je suis restée quatre jours à l’hôpital et, à mon retour, nos rapports ont repris assez vite. Mes amies m’avaient prévenue qu’après une naissance par voie basse, la cicatrisation du périnée prenait du temps et cette attente me faisait peur car mon désir était fort. Je craignais aussi d’être blessée par une épisiotomie ou que mon vagin puisse perdre sa tonicité initiale. Finalement, il est intact. J’ai ressenti quelques gênes dans certainespositions les premiers temps, alors on s’est adaptés.»

Aujourd’hui, malgré une cicatrice qui la démange toujours et un ventre et des seins moins toniques qu’avant, Joëlle se sent désirable et désirée « car mon conjoint me trouve toujours très belle et c’est à lui que j’ai envie de plaire. Mon envie n’a pas changé mais, depuis mon accouchement, je suis moins excitée au début. Je ne ressens plus ce désir dans tout le corps mais par contre j’orgasme plus rapidement qu’avant, tout va très vite».

Joëlle allaite toujours sa fille de 2 ans et demi. Son conjoint la soutient dans cet allaitement tout en regardant toujours sa poitrine « comme une poitrine de femme».Mais la poitrine de Joëlle est devenue très sensible : « cela me dérange que mon conjoint caresse mes seins. Ça ne m’excite plus, sauf peut-être doucement pendant l’acte sexuel. Mon compagnon est patient mais il se sent parfois rejeté.»

Ce rejet Vadim, 34 ans, l’a aussi vécu. Père de deux enfants de 4 ans et 20 mois qu’il a tous deux accueillis entre ses mains à la naissance, il témoigne : « Même si je comprenais mon épouse, je me sentais frustré de ne pas pouvoir embrasser et caresser ses seins. Je pense même m’être demandé pourquoi le bébé y avait droit et pas moi. Plusieurs fois nous avons interrompu un rapport parce qu’elle s’ombrageait que j’essaie de lui toucher la poitrine. Maintenant, quand elle est excitée, c’est elle qui m’offre ses seins. J’attends que ça vienne d’elle, c’est plus simple. Après le premier accouchement, nous avons mis sept mois avant de reprendre des rapports avec pénétration. Mon épouse avait besoin d’être avec le bébé et lui aussi. J’avais peu de place dans cette équation et elle était très fatiguée. Et puis, elle est restée longtemps physiquement et émotionnellement blessée par la déchirure de son périnée. On se disputait beaucoup aussi. Pour le second c’était plus rapide mais, avec la fatigue, on n’était pas très actifs. Maintenant, j’essaie de me réjouir de chacune de nos retrouvailles amoureuses, quelle que soit la forme qu’elles prennent.»

Océane, 38 ans, mère de deux enfants de 9 ans et demi et 6 ans, se souvient avoir été fort fatiguée après ses accouchements et avoir eu besoin « d’un temps de pause»Elle s’est sentie comprise et épaulée par sa compagne, plus que ses amies hétérosexuelles qui subissaient parfois un peu de pression de la part de leur partenaire.

Anna, après son accouchement, n’a pas eu de rapports sexuels pendant un an. Elle met en cause les points de suture qu’elle a reçus alors (sur une déchirure naturelle) et l’épuisement de cette année. La relation avec son conjoint s’étiole, faute de communication : « Je n’ose pas accepter ses gestes tendres car alors il me saute rapidement dessus même si ce n’est pas le moment. Il s’oppose au cododo et dort seul. Quand je me relève après avoir endormi notre fille, il est collé à l’ordinateur et n’en lève plus le nez.»

Qu’en est-il de la crainte de certains hommes de ne plus désirer leur partenaire après avoir assisté à la naissance ? Elle n’a pas lieu d’être lorsque la femme est libre de ses mouvements et en confiance pendant la naissance. En effet, pour Caroline Bodel, sage-femme et psychologue : « La femme choisit majoritairement des positions physiologiques qui spontanément sont respectueuses de son intimité ». On est donc loin de la vision graphique de la position gynécologique. Il semblerait que, même dans cette éventualité, les hommes sont plus souvent ébahis par la force et le courage de leur partenaire.

Faire l’amour autrement


La sexualité et le rapport à son corps, au même titre que l'éducation, l'alimentation, la santé, la mobilité ou l'habitat, sont aussi des domaines à se réapproprier et à réinventer. Explorer en conscience nos attentes et nos pratiques et s'offrir un espace et un moment pour prendre soin de sa sexualité est déjà un bienfait en soi et un pas de côté salutaire par rapport au prêt-à-penser-et-consommer ambiant.

Certains couples organisent leurs rencontres pour s’assurer de se retrouver. Prendre rendez-vous permet de se réjouir à l’avance et nourrit l’excitation. Il est important que l’espace-temps créé soit une source de plaisir pour chacun des partenaires et pas une contrainte. Pour cela, les attentes et désirs doivent être explicites et aucune obligation ne doit être (im)posée pour permettre à chacun de vivre la rencontre en toute confiance. Laissez les corps et les cœurs parler et co-créer: câlin, massage, confidence... La rencontre sexuelle dans le couple est avant tout une rencontre sensuelle et amoureuse. Trop souvent les couples hétérosexuels se limitent à l’idée que faire l’amour implique une pénétration. Or la rencontre peut être délicieuse voire orgasmique de mille et une autres manières.

Que notre vie sensuelle soit généreuse, gourmande, emplie d’amour et de joie, comme tous les aspects de notre vie. En ramenant de la conscience dans notre vie amoureuse et sexuelle, ce que nous transmettrons à nos enfants en terme d’images, de préconceptions, tabous, attentes, etc. sera aussi plus léger et lumineux.



Pour aller plus loin


Le groupe de discussion « De lune à l'autre », un cercle de femmes virtuel pour aborder les questions de sexualité et de féminité en toute confiance : https://framalistes.org/sympa/info/de_lune_a_l_autre


------------------

1 – Tous les prénoms de l’article ont été modifiés.

Remarque : le tout dernier paragraphe n'a pas été repris dans la version publiée en avril 2017. Je le reprends ici.

// Tous les articles de BLO ayant pour thème la sexualité se trouvent ici

lundi 28 janvier 2019

Non-dualité, émotions et Nathalie Delay

A défaut de vous souhaiter une belle année, cycle qui n'a aucune résonance naturelle comme me le faisait remarquer un ami astrophysicien, je vous souhaite une belle continuité dans le changement perpétuel :)



Nathalie Delay est une enseignante de la voie cachemirienne. Elle a été l'élève de Daniel Odier  dont je suis l'enseignement, et d'Eric Baret, dont les livres me bouleversent et me font grandir.

Je réalise que je n'ai jamais partagé de vidéo d'elle (en même temps, il y en a pas beaucoup depuis qu'elle en a retiré de sa page youtube). Sur son site, on trouve des partages audio. Alors je vous partage la dernière, qui n'est sûrement pas la plus accessible mais qui parlera peut-être à certain-e-s.

Pour plus de matière sur la non-dualité, vous pouvez découvrir les vidéos youtube d'Eric BarretMooji ou Lisa Cairns.  Des traditions bien différentes mais qui se rejoignent finalement. C'est à l'élève de trouver son maître, et d'abandonner tout concept de maître/élève ;)

Je vous conseille tout particulièrement deux ouvrages : Le seul désir, dans la nudité des tantras de Barret (qui ne parle pas de sexualité) et Tantra, la dimension sacrée de l'érotisme de Daniel Odier (qui conte l'initiation de Daniel Odier par la tantrika Lalita Devi et ne parle pas non plus de sexualité :).

Nommer les émotions? 


Ce matin je m'interroge. Dans la voie tantrique de la tradition du shivaïsme cachemirien, on ne nomme pas les émotions. Quand une émotion surgit, on laisse les sensations se développer en nous et on sent, on suit le parcours de cet événement dans notre corps. En laissant grandir en soi l'émotion-sensation, on la laisse s'auto-guérir en quelques sorte, puisque très vite elle disparaît. Leçon d'impermanence. This too shall pass. 

Dans cette Voie, le corps est cette part de nous qui sait le mieux traiter les émotions. Le mental, lui, raconte des histoires et s'attache à ses histoires confectionnées de toutes pièces. Plus on s'attache à l'histoire, plus elle prend de l'ampleur. Une frustration devient colère, puis ressentiment, envie de vengeance ou victimisation...

Je m'interroge sur ce que l'on apprends à nos enfants, quand on leur apprend à les nommer, comme la communication-non-violente (CNV) nous y invite. La CNV est une approche très verbale et mentale dont la beauté réside, selon moi,dans la validation de nos besoins, de tous nos besoins, et dans la pratique de l'empathie et de l'amour de soi. C'est une approches aux techniques puissantes et efficaces quand on sait s'en servir avec art et coeur.

En CNV, reconnaitre les émotions, raffiner sa perception mentale de l'émotion est mis en avant car cela aide à se calmer, étape nécessaire pour trouver le besoin derrière et une manière de le satisfaire sans stratégie (ex : besoin d'être touché, pris dans les bras, mais pas forcément par une personne en particulier car ça c'est une stratégie. Les stratégies apportent d eta frustration tandis que reconnaitre son besoin permet d'ouvrir les possible pour le rencontrer, le satisfaire).

Bref, si le but, dans le fait de nommer l'emotion est le retour au calme, on peut l'atteindre plus rapidement en passant par le corps. Un peu comme dans la méthode TIPI présentée dans cet article sur les violences éducatives : Lettre à Bastien, 3 ans. (voir vidéo en milieu d'article - attention, l'article touche des sujets très sensibles).

Reste que nommer l'émotion est intéressant pour communiquer à son entourage ce qui se passe et, éventuellement recevoir de l'aide si nécessaire, ou tout au moins de l'espace et du temps.

Nommer sans limiter, nommer sans figer ...





Pour aller plus loin, sont disponibles aussi sur BLO :

Sortir de la dualité
Maternage et pleine conscience
La puissance de l'Intention : un documentaire à voir, revoir, revoir et partager
Les quatre accords toltèques
Eviter l'épuisement maternel : mère au bord du gouffre
 Le sommet de la conscience

mercredi 14 novembre 2018

Les enfants cuisinent

Illustration  by Eric Palma for the article "My Sons, the Sous-Chefs" by Leslie Kaufman (NY Times)

Mon prochain article pour Grandir Autrement a pour thème les enfants dans la cuisine et plus particulièrement laisser les enfants utiliser les ustensiles de cuisine (y compris four chaud, couteaux coupants, etc.) et/ou chercher du matériel adapté. Si vous avez des pistes, ou si vous souhaitez témoigner,  je commence mes recherches 


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...