dimanche 19 août 2018

Le sommeil de nos enfants : une check-list

Anouk et moi - été 2015
Il y a quelques jours, une maman m’a contactée au sujet des réveils nocturnes de son enfant de 15 mois. Ma réponse peut être utile au plus grand nombre donc, sur base des éléments essentiels, voici ce que j'ai écrit pour vous et moi.

Les questions liées au sommeil sont au centre de la vie de famille et particulièrement de la mère, et ce bien souvent avant même la naissance de son petit. Les réveils nocturnes pendant la grossesse à cause des mouvements du bébé et de l’inconfort croissant de la position allongée (impossibilité de dormir sur le ventre, puis le dos et le côté droit… il ne reste assez vite plus que la position fœtale sur le côté gauche bien calée avec des cousins entre les jambes, devant la poitrine…) laisse à penser que  la nature nous prépare peu à peu aux prochaines années de sommeil partagé avec l’enfant. 

Et oui, car un enfant qui « ne fait pas ses nuits » avant 2 ans c’est tout ce qui a de plus normal. Et même après 2 ans, s’inquiéter ou tenter de « faire dormir » son enfant par une méthode ou une autre revient à se compliquer drôlement la vie et celle de son enfant, voire même entailler considérablement sa confiance en elle/lui-même, en la vie et en ceux qui l’aiment, sa capacité à se relier et sa capacité d’empathie, si on applique les méthodes du type « laisser pleurer 5-10-15 minutes ». A ce sujet, vous pouvez lire les travaux de Catherine Guéguen ou le numéro de Grandir Autrement sur la bienveillance éducative : Magazine hors-série numéro 10 - version PDF 

Je comprends l’épuisement des nuits entrecoupées pour l’avoir vécu 2 fois (et avec Anouk, 4 ans, je n’en suis pas encore totalement sorti parce que la vie est mouvante, que les enfants tombent parfois malade et qu'ils expriment souvent la nuit ce qui les tracassent la journée). 

Une “méthode” qui reste dans l’attention aux besoins du bébé mais qui ne vise pas le sommeil de l’enfant mais plutôt son sevrage est celle du docteur xxx reprise ici : "Une méthode ultra douce pour le sevrage de nuit en cas de cododo et d'allaitement long. Ne nous voilons pas la face : sevrez son bébé la nuit ne signifie pas qu’elle-il va « faire ses nuits ». Il y a beaucoup de raisons aux éveils nocturnes et le besoin d’être allaité regroupe en fait toute une série de besoins : besoin d’attention, de contact, de tendresse, de renaissance, soif, faim, besoin d’anticorps pour lutter contre une maladie en germe ou déclarée, besoin de faire pipi (mais l’enfant ne sait pas forcément le demander en demi-sommeil, dans le noir, sans mots, surtout si elle-il n’a pas l’habitude d’être écouté dans ses besoins d’élimination »).

Reste la méthode "Pantley" du nom de l'auteur du livre "Un sommeil paisible et sans pleurs : Aider en douceur son bébé à dormir toute la nuit" qui fait partie de mes recommandation de lecture pour la petite enfance (voir :  Lectures pour un maternage épanouissant). Rétrospectivement je trouve que ce livre offre de bonnes informations et propose des pistes aux parents qui veulent vraiment que leur bébé dorme mais, avec le recul d'une mère qui a passé le cap des toutes premières années, je conseillerai plutôt la check-list ci-après.

Remarque : surtout, surtout, ne lisez pas le livre de Marie Thirion sur le sommeil qui est présenté comme référence en Belgique mais qui comporte de grosses aberration et relève d'une approche très classique du maternage, éloignée du maternage proximal. Il y a beaucoup de livres sur la maternage et la "meilleure" manière de dresser votre petit... En devenant maman j'ai commencé à mettre des livres à la poubelle pour ne pas les faire passer d'en d'autres mains !

Bref, voici quelques questions à se poser et une check-list :

- Quelle est le besoin de votre fille/fils aux moments des réveils ? 

·     Pipi -> voir cet article L'hygiène naturelle infantile en pratique : on propose au bébé/à l’enfant de faire pipi en la/le tenant au dessus d’une bassine, en se relaxant (très important de ne pas apprendre à pousser) et en émettant un son (psssssss)
·     Boire
·     Manger : connaissez-vous la banane de nuit ? lorsque ma fille se réveillait « trop » et demander une énième tétée, je lui proposai une “banane de nuit”. Cette idée soufflée par une mère du groupe parents conscients nous a beaucoup aidé car, indeed, elle avait faim ! Avant d’aller me coucher je préparais une demi-banane dans un petit bol et quand elle se réveillait, d’abord je proposai le pipi (et le sein), puis, si ce n’était pas ça (lors d’un second ou 3èmeréveil par exemple) alors je proposai la banane de nuit et elle était ravie ! D’autant plus qu’elle pouvait se servir seule et que tout cela c’était rien que pour elle. Quelle magie ce petit bout de banane ! Notez que ça n’a pas duré longtemps et que j’ai aussi fait plus attention à son repas le soir, quitte à lui redonner un snack aavant d’aller se coucher, en particulier des protéines.
·     Besoin de réassurance :cauchemar, peur du noir, ombres effrayantes, bruits dans la nuit, ondes wifi perturbatrices, nouveaux draps sans l’odeur connu / changement de lessive, etc.
·     Besoin de contact, de tendresse : surtout pour les enfants qui ne voient pas leur parent la journée, mais aussi avant l’arrivée d’un autre enfant dans la famille ou lors de tout changement dans l’environnement ou la dynamique familial –deuil, déménagement, voyage, etc. Dans ce cas-ci, il est nécessaire de dialoguer avec l’enfant la journéeavec des mots à sa portée et des explications claires + de lui parler dans son sommeilpour pouvoir dire des choses que son être conscient de 15 mois/ 2ans/ 4 ans, ne peut pas comprendre mais qui apaiseront son inconscient (ou son moi-supérieur et son âme si vous êtes familier avec çà). Quand on parle à un enfant la nuit c’est toujours avec bienveillance, respect et de manière courte (pas 30 min de complainte, ce n’est surtout pas l’idée). 
·     Douleur : pensez à consulter un-e ostéopathe spécialisé-e dans le soin aux bébés/enfants (notamment celles-ceux qui font du cranio-sacré, comme Edith Van Cauwenberg à Kraainem, experte en soins post-nataux pour mères et bébés). Votre petite-e peut avoir un inconfort peu visible qui lui empoisonne sons sommeil. Les tensions dans les mâchoires ou le crane, amènent les petits à réclamer plus de tétées pour s’auto-soigner. 
·     Oxyures : les vers dérangent la nuit, quand l’enfant est au repos et la gêne est plus forte à la nouvelle et à la pleine lune (période de ponte intense). Pour s’en débarrasser on peut ajouter des graines de pépins de courges broyées à la nourriture de l’enfant et lui faire manger à jeun des carottes crues et boire des infusions de fenouil.

Et puis, avant même l’épuisement de la mère, il semble évident que de jour comme de nuit les parents doivent partager les soins à leur enfant.Dans un monde patriarcal où le maternage proximal peut à nouveau enfermer la femme dans un rôle de pourvoyeuse aux besoin de tous bien avant les siens, il est primordial que le/la partenaire de la mère prenne la responsabilité des soins d’une partie de la nuit. Par exemple : se lever à 6h avec l’enfant pendant que la mère dort jusqu’à 8h/9h et aménager un temps de sieste rien que pour la mère (en journée si possible ou le soir pendant que l’autre prépare le repas avec bébé en écharpe). En écrivant cela, je mesure à nouveau combien la vie à deux avec un/des petits est lourde d’organisation et comme en se réunissant en tribu et en partageant les tâches à plus de 2, tout devient plus simple.

Lectures utiles :

Le hors série sur le sommeil de Grandir Autrement : Magazine hors-série numéro 7 - version PDF

Les articles de Grandir Autrement à lire en ligne gratuitement : 
·     La dodothérapie

Les articles de Claude Didierjean-Jouveau, auteure de nombreux ouvrages sur le maternage proximal et journaliste chez Grandir-Autrement :
·     Endormissement


Autre piste :

Je peux aussi vous proposer une séance de soins énergétiques pour comprendre ce que traverse votre enfant si vous avez écarter les pistes précédentes et qu'il vous semble que quelque chose tracasse votre enfant. Plus d'infos sur mon site.

En vous souhaitant des nuits plus douces.


2 commentaires:

Chloé a dit…

Waouh, merci pour cet article très complet ! Il m’apporte beaucoup de valeur :)

Anaïs a dit…

Merci Chloé.

En complément j'ai ajouté un lien vers l'article sur l'hygiène naturelle : https://bruxelles-les-oies.blogspot.com/2012/03/lhygiene-naturelle-infantile-en.html

J'ai fait un tour sur ton site qui est très chouette ! Vive les blogs de sage-femmes :)

Belle continuation à toi.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...